Hollywood Graveyard

Hollywood Graveyard

La Pacific Highway nous a emmenés jusqu’au sud de la Californie en longeant les rochers à pic et les plages inaccessibles. L’Amérique sur cette côte-là s’est abandonnée aux milliardaires qui cherchent vainement à s’isoler derrière des villas modernes. Les vestiges du Golden State, c’est dans les terres que nous sommes allés les chercher car le cimetière d’Hollywood se trouve dans le désert.

Urban Escape | Hollywood Graveyard n°2

A la sortie de Los Angeles, une lune telle un soleil brûlant se lève au-dessus des montagnes. C’est la pleine lune et aussi notre dernier week-end aux Etats-Unis. On roule vers une latitude secrète, là où des centaines de carcasses légendaires et d’avions s’entassent à l’air libre derrière des barbelés. Cette fois-ci, on n’aura pas besoin de les enjamber car nous sommes attendus. Sous le hurlement des chiens de garde, Troy nous ouvre bientôt le grillage de ce que l’on appelle communément un « cimetière ». Depuis 24 ans, cet artiste plus connu sous le nom de Lost America photographie le désert et a inspiré toute une génération d’explorateurs.

Urban Escape | Hollywood Graveyard n°1

« Cet endroit est plein de produits chimiques et ça sent fort alors pas de cigarettes ni de feux de d’artifices, sinon ça partirait en fumée » nous dit Troy en débutant le tour du proprio. La nuit est incroyablement claire, nous permettant d’avancer sans lampe. Des bagnoles de cinq mètres de long, des hélicoptères, des restes d’avions, des tracteurs, des pneus, des taxis, des camions de pompiers, des limousines forment un tableau onirique. Ce désordre hallucinant en plein désert est orchestré par Paul, un passionné de ferraille avec lequel Troy s’est lié d’amitié il y a quelques années. Beaucoup de ces spécimens reviennent tout droit des studios d’Hollywood pour les besoins desquels elles ont été transformées ou criblées de balles. Il y a ici bien plus d’histoires qu’il ne m’est permis de vous en raconter. David, lui, n’a que quelques heures pour faire des photos car le cimetière ne nous sera pas ouvert deux fois ! « Vous verrez, le désert est plein d’autres sites abandonnés » nous dit Troy lorsqu’on le quitte le lendemain.

Urban Escape | Hollywood Graveyard n°3

En effet, la région compte aussi plusieurs cimetières d’avions, tous bien gardés. Mais là, plus d’invitations ! Il va falloir être prudent. Sur des milliers de mètres carrés au milieu des joshua trees, des avions gigantesques pour la plupart en morceaux dorment derrière les grillages. La nuit est glaciale et calme mais le site, entouré d’habitations et d’un aéroport, est assez exposé. On met le réveil à minuit pour laisser le temps à la lune de se lever. La beauté de la nuit nous aide à sortir du van et à nous motiver malgré le froid et la fatigue. Pendant près de trois heures, on se ballade sans un bruit entre les avions. D’aussi près, ces géants de métal semblent fragiles et légers, cela me rappelle les mots de Troy « Les ruines nous rappellent notre mortalité et que notre place dans l’univers est toute petite, c’est quelque chose qui émeut les gens ». Surtout quand on prend l’avion le lendemain…

Urban Escape | Hollywood Graveyard n°4

De retour sur la côte, on se rapproche des villes aux noms célèbres. Santa Barbara ou Monica, Mulholland ou Rodeo Drive, Melrose Place ou Sunset Boulevard. Un mince périmètre connu mondialement. Un monde où les dauphins patrouillent le long de la plage en serrant la main à leurs amis les phoques pendant que Hollywood fait son jogging sur la plage. Shinda n’a jamais eu autant de paillettes dans les yeux et fait la star dans les rouleaux du Pacifique. De toutes ses forces, elle court en priant pour que l’aventure ne s’arrête jamais.

Urban Escape | Hollywood Graveyard n°5

Il est dur de conclure mais je dirai que ca s’est passé sans bavure. David, Shinda et moi en sommes sortis grandis. Plus jamais, nous ne regarderons les Etats-Unis de la même manière. Si tout se passe bien, les mots et les images se muteront bientôt en film et en livre. Merci pour tout le soutien que vous nous avez apporté.

The Pacific Highway took us to Southern California along the steep cliffs and inaccessible beaches. America on this coast is left to billionaires who vainly seek to hind behind modern villas. The remains of the Golden State, you’ll have to look for them in the land, Hollywood graveyard is located in the desert.

Outside Los Angeles, a moon like a burning sun rises over the mountains. Tonight is full moon and also our last weekend in the United States. We are driving to a secret latitude, where hundreds of legendary carcasses are waiting in the open air behind barbed wire. This time, we won’t have to span over it as we are expected. Ignoring the barking dogs, Troy opens the door of what is commonly called a « graveyard ». For 24 years, the artist best known as Lost America, photographes the desert and inspired a whole generation of explorers.

« This place is full of chemicals and it smells strong so no cigarettes no fireworks, otherwise it would burn the whole place down » said Troy starting the visit. The night is incredibly clear, allowing us to move forward without lamp. Cars of five meters long, helicopters, remains of airplanes, tractors, tires, taxi cars, fire trucks, limousines make a dream painting. This incredible mess in the desert is organized by Paul, an avid scrapper who Troy became friend with a few years ago. Many of these specimens are coming straight from Hollywood studios for the purposes of which they were processed or riddled with bullets. There are many more stories here than what I am able to tell you on this blog. David has only a few hours to take pictures, the cemetery will not be opened twice! « You’ll see, the desert is full of other abandoned sites » says Troy when we meet him the next day.

Indeed, the region also has several plane graveyards, all well guarded. But we have no more invitations! We must be careful. Over hundreds of square meters in the middle of joshua trees, giant aircrafts mostly in pieces are asleep behind the fences. The night is cold and quiet but the site, surrounded by houses and an airport, is quite exposed. We take a nap until midnight to let the moon rise. The beauty of the night help us to get out of the van and warm up despite the cold and sleepy eyes. For nearly three hours, we walk silently between aircrafts. This close, the metal giant seem fragile and light, it reminds me of Troy’s words « The ruins remind us of our mortality and that our place in the universe is very small, this is something that moves people ». Especially when you’re flying the next day…

Back on the coast, we get closer to those cities with famous names. Barbara and Santa Monica, Mulholland or Rodeo Drive, Melrose Place and Sunset Boulevard. A thin perimeter known worldwide. A world where dolphins patrol along the beach shaking hands with their friends the seals while Hollywood is jogging on the sand. Shinda has never had so much glitter in the eyes and act like a star in the Pacific waves. With all her strength, she runs praying that the adventure never stops.

10 Commentaires

  1. Luc · 27/10/2013 Reply

    Wow, plein les yeux ! Et la photo de Shinda est géniale !!
    Je crois que c’est l’endroit que j’aurais préféré visiter.
    Toutes mes félicitations pour ce trip bien réussi.

  2. Adeline · 28/10/2013 Reply

    J’ai adoré vous suivre tout au long de votre aventure ! Les photos sont superbes et surprenantes !
    Merci pour le voyage … Je reste à l’écoute de la suite des évènements !

  3. Flavien · 28/10/2013 Reply

    Bravo, juste ça, un grand BRAVO
    Et merci aussi, grâce à vous j’irai un jour aux États-Unis, avant je n’en avais pas la moindre envie,
    après avoir suivi votre voyage … l’esprit change !

    Vivement la suite !!!

  4. Franck · 29/10/2013 Reply

    Çà a été un régal de vous suivre à travers vos photos et vos textes..
    Félicitations à vous deux pour cette traversée.

    J’ai également hâte de voir ce qui va suivre.

  5. PdeR · 29/10/2013 Reply

    Bravo à vous deux
    Vous pouvez être légitimement fiers du travail extraordinaire que vous avez réalisé durant ces trois mois
    Nous sommes sûrs que la suite sera à la hauteur de nos attentes

  6. Adrien · 01/11/2013 Reply

    C’est déjà la fin… J’aurais tout de même adoré vous suivre tout au long de votre aventure! Vivement le livre alors.

  7. Marion · 06/11/2013 Reply

    Merci pour cette belle ballade dans l’abandon outre-atlantique. Les photos étaient magnifiques, les récits palpitants. Vous m’avez transporté dans une autre vision du temple américain et cela fait du bien! Encore merci et hâte de voir la concrétisation de cette aventure: visuelle et ou rédigée.

  8. fabrice · 06/11/2013 Reply

    bravo et merci pour ce périple superbement mis en photos en textes vivement un film,livre …

  9. Faber · 16/02/2014 Reply

    Bonjour
    Bravo ! Absolument génial. Votre démarche est tellement intelligente et servie par un travail photographique et une écriture de très très très grande qualité. Quel beau voyage.
    Je suis d’autant plus touché, qu’auteur – ancien reporter pour Géo, National Geographic, Grands Reportages and co, je travaille actuellement sur la mise en place d’un travail (blog, expo, livre …?) avec le photographe Ulrich Lebeuf, devenu mon ami après plus d’une vingtaine de reportages dans le monde entier. Nous avons juste envie d’associer photos et textes sans contrainte, sans cahier des charges journalistiques … juste pour le plaisir de partager. Et c’est ce que je ressens dans votre travail … vous êtes libres et tellement sensibles.
    Peut-être un jour, nos routes se croiseront tellement … on fera alors des photos :-))
    Bien à vous
    Claude Faber (je dispose d’une Page FB Claude Faber et aussi d’une autre : Chris Kelvin story … j’y livre un feuilleton qui se passe à Dallas et Fort Worth … :-))

    • Urban Escape · 03/03/2014 Reply

      Bonjour Claude ! Merci beaucoup pour ton message, ça nous touche ! Au plaisir :)

Commenter