KissKissRideRide

KissKissRideRide

La dernière fois que nous sommes allés dans un parc d’attractions, c’était à Cedar Point en Ohio. Prétendument le meilleur du monde. Nous avions fait une quinzaine de montagnes russes en quatre heures à s’en faire mal au cœur avant de repartir complètement étourdis. Le parc de Six Flags à La Nouvelle-Orléans, lui, nous promettait une expérience un peu différente. Il est gratuit, ouvert 24h/24 et… abandonné. De quoi nous faire tourner la tête trois jours durant.

Urban Escape | KissKissRideRide n°1

Nous regardions le calendrier lunaire depuis un mois. « Le 19 septembre prochain, c’est la pleine Lune, nous serons à Six Flags. » Pari tenu. Il est minuit et demi, lorsque l’on passe les portes du parc. A l’entrée, de grosses lettres indiquent « FERME POUR CAUSE D’ORAGE ». Il y a exactement huit ans, l’ouragan Katrina frappait La Nouvelle-Orléans et Six Flags se retrouvait entièrement inondé. Une fois l’eau repoussée, les dommages étaient tels que toute réparation fut inenvisageable et la compagnie abandonna ses manèges aux marécages. Aujourd’hui, le parc envahi par les ronces et les moustiques offre un spectacle irréel.

Urban Escape | KissKissRideRide n°2

On a de la chance, la nuit est très claire et les conditions idéales sont réunies pour les photos. La grande roue se reflète dans l’eau du lac et quelques nuages s’échappent joliment des cônes de glace encore accrochés sur les devantures de restaurants. En surexposant les photos, les couleurs acidulées des allées nous apparaissent comme par magie. Mais pour nos yeux dans l’obscurité, ce sont les formes qui tiennent la vedette.

Urban Escape | KissKissRideRide n°3

Shinda sent son cœur d’enfant battre de toutes ses forces, et ne sait plus où donner de la tête. Elle écarte les ronces qui la sépare des attractions dans le noir puis vient se reposer au creux du dragster.

Toute la nuit, nous nous baladons seuls au monde, reconnaissants à la Lune de bien vouloir briller ce soir-là.

Le lendemain, c’est sous un ciel plus couvert que nous dégustons notre pique-nique face à la grande roue. Encouragés par le whisky, nous montons tout en haut de l’une des montagnes russes pour admirer le parc sous nos pieds. Au risque de nous faire voir depuis la route qui n’est pas loin. David cale son trépied dans la descente pour faire une photo vertigineuse pendant que Shinda guette l’esprit de Six Flags. On l’on a entendu pendant le dîner monter le haut du pilier en métal du Skycoaster à quelques mètres de nous et nous demandons encore si nous avons rêvé. La nuit, les animaux sont rois à Six Flags. Comme Georges, le héron qui a élu domicile sur l’une des nacelles de la grande roue. Promis, on ne boit pas souvent, seulement pour les grandes occasions et celle là en est une… Surtout que toute sécurité à l’air d’être absente ici. C’est notre deuxième nuit à Six Flags et nous n’avons toujours croisé personne. A l’entrée aucun panneau, ni cadenas n’empêchent l’accès si bien qu’on commence à se sentir chez nous ici.

Urban Escape | KissKissRideRide n°4

Six Flags « troisième » ! Nous aurions aimé pouvoir filmer le parc de nuit, mais notre équipement et le manque de lumière ne le permettent pas. C’est donc de jour que l’on revient tourner notre court-métrage. De jour, les graffitis rompent un peu le charme mais tant pis. Action ! La course poursuite diabolique à base de cache-cache et de croche-patte peut commencer.

« C’est dimanche, je suis sûr qu’on va croiser plein de monde » avait dit David. On s’y attendait un peu. Très vite, un groupe d’explorateurs rentre dans le champ de notre caméra. Puis un autre, puis un autre, jusqu’au moment où c’est une voiture de police qui vient mettre fin au tournage. Il nous raccompagne à l’entrée du parc le visage sévère « You could go to jail! » Un coup d’oeil sur nos passeports et nous sommes libres. Il nous faudra finalement attendre quelques heures pour que ça se calme et filmer la séquence finale près des chaises volantes. Si jamais vous explorez Six Flags, n’y allez pas un dimanche.

Urban Escape | KissKissRideRide n°5

« Il n’y aucun endroit au monde comme La Nouvelle-Orléans ! » nous avait dit Kurt. Après deux mois à traverser des villes américaines témoins, il est vrai que le centre et son quartier français font l’effet d’une bombe. Ici on respire la fête et la bonne humeur, les gens boivent des daiquiris au pied des villas coloniales aux couleurs chaudes. Je me jure de revenir un jour en février, lorsque Nola se transforme en carnaval géant à Mardi Gras. Dans le quartier d’affaires, on passe à côté du grand dôme Mercedes, le même qui a accueilli les victimes de Katrina pendant la catastrophe. On oublierait presque qu’un ouragan a dévasté la ville en 2005 si autant de gens ne dormaient malheureusement sous les ponts.

On a quitté notre emplacement sous les palmiers le long du lac Ponchartrain par le pont qui le traverse. C’est le plus long du monde. 37 kilomètres sans un seul lampadaire au ras de l’eau. Heureusement que les phares du van fonctionnent bien. Nos jambes dévorées par les piqûres de moustiques souffrent encore mais nous nous pensons déjà à la prochaine pleine Lune. Si tout se passe bien, on sera dans le désert de Californie !

Supposedly the best in the world. We had ridden 15 roller coasters in four hours before we left completely stunned. Six Flags park in New Orleans gave us a different experience. It is free, open 24h/24 but it’s abandoned. Enough to keep us busy three days long…

We had watched the lunar calendar closely. « On September 19th, it’s the full moon, we will be at Six Flags! » Challenge met! It is half past midnight, when we go through the gates. At the entrance, large letters remind « CLOSED FOR STORM ». Exactly eight years ago, Hurricane Katrina hit New Orleans and Six Flags found himself completely flooded. Once the water was removed, the damage were so important that the company abandoned its rides to the swamp. Today, the park overgrown with brambles and mosquitoes provides an unreal spectacle.

We were lucky, the night is clear and the ideal conditions are met for photos. The big wheel reflects in the lake and clouds nicely escape from the ice cones still clinging on restaurants front. The bright colors of the walkways appear magically when we overexpose our photos. But to our eyes in the dark, the shapes remains the big stars.

Shinda feels her child heart beating with all its strength, and she does not know where to start. She pushes away the thorn bushes on the way to the ride and finally comes to rest in the hollow of the dragster.

All night long, we walk alone in the park, thankful to the Moon who kindly shined that night.

The next day, under a cloudy sky we enjoy our picnic facing the big wheel. Encouraged by whiskey, we climb to the top of the roller coaster and admire the park under our feet. Someone could see us from the road. Promised, we had not had a drink since NYC… Second night at Six Flag and we still have not crossed any security.

Six Flags « third »! We would have liked to film the park at night, but our equipment and the lack of light does not allow it. We’ll have to shoot our short movie by day. At this light, graffitis break the spell. Action! The diabolical hide and seek in the park can begin.

« It’s Sunday, I’m sure we’ll cross full of people » said David. Soon a group of explorers enters the scope of our camera. Then another, then another, until it’s a police car which comes putting the shooting to an end. Back to the start. We did the final sequence a few hours later when it was quiet again.

« There is no other place like New Orleans in the word » Kurt told us. After two months of driving thorough U.S. witness cities, the center and its French Quarter are like a bombshell. Here party and good mood is in the air, people drink daiquiris at the foot of colonial villas in warm colors. I promise to return one day in February, when Nola turns into a giant carnival at Mardi Gras. We would almost forget that a hurricane devastated the city in 2005 if many people wouldn’t slept under the bridges.

We left the city by the bridge that crosses the Lake Pontchartrain. It is the longest in the world. 23 miles without a single light. Luckily the van lights work. Our legs swollen by mosquitoes bites are still suffering but we are already thinking of the next full moon. If all goes well, we will be in the Californian desert!

13 Commentaires

  1. Luc · 25/09/2013 Reply

    Ça me fait la même chose à chaque fois…
    Je regarde les photos, je lis le texte, je re-regarde les photos, je relis quelques passages,
    je descends tout en bas de la page pour écrire mes sentiments dans le petit rectangle « Commenter ».
    Et là, je sèche…
    Parce que j’ai pas les mots, parce que c’est trop bien, parce que j’aurais trop aimé y être…
    Alors, des fois, je n’écris rien.
    Mais pas aujourd’hui :)

  2. Noodles · 25/09/2013 Reply

    De très belles photos qui donnent envie de connaître cette situation qui doit être surréaliste à vivre.

  3. Vincent · 25/09/2013 Reply

    C’est un chouette travail !

  4. Aurélie · 25/09/2013 Reply

    J’avais les mots… Et je ne les aient plus. Ils sont partit pendant la lecture…
    Je trouve tout de même les photos magnifiques, elles racontent véritablement une histoire et j’aime beaucoup cette histoire… Le texte est superbe et on a l’impression d’y être.
    Très beau travail d’écriture et de photos. Bravo !

  5. Piafou · 26/09/2013 Reply

    C’est toujours aussi grandiose.
    Continuez !

  6. ASS · 26/09/2013 Reply

    OMG. J’aime, J’aime partir à l’aventure, même si ce n’est qu’a travers vos textes et photos.
    Ca m’emporte loin, loin de mon écran du taf ;)
    New Orleans, la vie, la musique, les gens, je veux tout voir, la folie, le Bourbon Bar, les Boobies, les perles,
    je veux tout voir.
    Le rdv est pris Mélanie et David. On y va pour le 3 mars 2014, pour MARDIS GRAS.
    it’s on my bucket list. let’s do cross it now.
    keep on enjoying. xx

  7. Franck · 28/09/2013 Reply

    Ce que vous faites est très beau: de l’exploration urbaine, pleine de poésie et qui rend un bel hommage aux sites visités. La première photo de cette dernière exploration est magnifique.

    Vivement la prochaine.

  8. Urban Escape · 29/09/2013 Reply

    Merci pour tous ces chaleureux commentaires, ça nous touche.. Demain direction le Colorado !

  9. Fabienne · 29/09/2013 Reply

    C’est passionnant, beau, mystérieux… Bref, un voyage magique grâce à vous. Bravo

  10. charlotte · 09/10/2013 Reply

    Dingue! ce parc! trop belle la première photo ou tu es assise avec au loin la grande roue! Chiche? vous revenez pour le carnaval? ca me donne trop envie d’allez decouvrir la nouvelle orleans!

  11. HP · 11/01/2014 Reply

    Je viens de tomber sur votre road trip et c’est une claque !!! je suis juste skocthé !!!
    Merci de nous faire partager ça….aujourd’hui ou en êtes vous ? que faites vous ????
    Impatient de voir le Doc et j’espère un livre quand tout sera fini !
    Bonne continution à vous et merci !
    HP!

    • Urban Escape · 11/01/2014 Reply

      Merci beaucoup HP ! Nous avons attaqué le montage depuis une semaine, des nouvelles très bientôt !

Commenter